Alors là, ça y va les blagues sur les passeports russes. Moi, ce qui me chagrine le plus, ce n'est pas qu'un nanti qui a la chance de faire l'un des métiers les plus passionnants, les plus enrichissants et les plus intéressants du monde décide de partir parce qu'on veut lui prendre ce qu'il a gagné sur la force de son talent ou de son charisme, non, le plus embêtant, c'est qu'on en oublie les enseignements de Zlatan Ibrahimovic.

Parce que Zlatan, lui, il est sous contrat. On le force à rester à Paris. Il n'a pas le choix. A moins d'aller jouer dans un championnat de seconde zone comme... euh... Bon. Va pour le championnat de seconde zone. Mais donc, lui, il doit se coltiner des soirées à Lorient, Brest, Sochaux, Saint-Etienne ou Troyes. Comme trous, il faut vraiment traverser la Volga pour s'amuser moins. Et est-ce qu'il râle Zlatan ? Rien du tout. Il ne moufte pas. Tout juste a-t-il fait savoir à son entraîneur que "défier" Arras dans "l'antre" de Calais - le Stade de l'Epopée -, franchement, ça le passionnait moyen. Comme si Gérard D. avait refusé de tourner dans "Plus belle la vie", l'épisode où il doit croiser Véronique Genest. Avouez qu'on peut comprendre.

Mais alors quid de notre Gégé national ? Il a peur qu'on touche à ses millions ? Qu'il fasse comme Zlatan : quand il demandera un cachet la prochaine fois, il demandera du net d'impôt, et fera tout payer par sa production. Parce que voilà l'enseignement numéro1 de Zlatan : quand je marque 30 buts dans la saison, tu ne perds pas le championnat parce que le gouvernement t'en a pris 15 au-delà du 10e marqué. Alors quand tu me payes, c'est pareil.

Et si l'on parle chiffres, il faut bien se dire une chose : 75% d'impôts (certes, après le premier million, qui, comme chacun le sait, est le plus dur à gagner), c'est confiscatoire. "T'as gagné 11 millions cette année ? Ouais pas mal. Ah non, pardon, t'as gagné 3 millions et demi. Mais c'est bien quand même, non ?" Alors oui, pour le smicard ou le Français moyen (qui ne sont d'ailleurs pas si éloignés que cela), 3 millions 500.000 euros de gain annuel, c'est énorme. Bien sûr. Mais ce Français moyen accepterait-il, dans la même situation, qu'on lui ait donc taxé 7,5M ??? Peut-être que la question de la fiscalité n'est pas la bonne. Peut-être que, simplement, certains métiers sont trop grassement payés pour ce qu'ils nous apportent. C'est tout un système qu'il faut revoir. Et on ne parle pas de 4-4-2.