Ca fait un petit moment déjà que je médite ce message. Depuis Christophe Lemaître et son 100m en 9"99 en fait. Mais il me manquait quelques éléments pour être totalement constructif. La victoire de Na Li à Roland-Garros a achevé ma réflexion.

Parce que oui, Christophe Lemaître est le premier "Blanc" à tomber la barre des 10 secondes au 100 mètres. Et Na Li, dans tous les commentaires, est devenue la première "asiatique" à remporter un Grand Chelem. Bien. Plutôt que de s'attarder sur ces "critères", personne ne s'est intéressé à ce qui reflète en fait un changement de culture dans le sport mondial.

Les Noirs vont-ils vraiment plus vite que les Blancs ? Les Asiatiques sont-ils vraiment plus forts génétiquement que les Arabes (par exemple) au tennis de table ? Les questions ne se posent pas en ces termes... A-t-on déjà un vu un Noir du Kénya courir vite ? Et a-t-on déjà vu un Noir américain écraser la concurrence sur 5.000 mètres ? Avant toute notion de "race", il faut d'abord établir un rapport de "culture sportive". Pour qu'une nation soit efficace, il lui faut : un grand champion qui donne envie aux jeunes de s'y mettre, une détection affûtée pour repérer les plus prometteurs et un encadrement de haut niveau. Et ce, dans chaque discipline.

Pour cela, chaque pays, chaque continent a des spécificités historiques. Si aujourd'hui le football africain fait doucement son retard et si le continent asiatique nous réserve quelques surprises, c'est parce que le sport de haut niveau se mondialise et que les meilleurs entraîneurs parcourent désormais le monde, comme le génial Christian Bauer qui a fait de la Chine une nation majeure de l'escrime ! On peut aussi envisager la percée d'un nageur africain ou d'un cycliste asiatique dans les prochaines années. Une révolution.

Aujourd'hui, Lemaître a montré la voie. Na Li a suscité la curiosité. Partout, des jeunes peuvent pratiquer le sport qu'ils ont vu à la télé, et pas seulement LE sport que LE club de LA ville propose... Dans les cinq ou dix prochaines années, il faudra trouver une autre distinction que celle de la couleur de peau. Et d'ailleurs, si on pouvait commencer dès maintenant, ce ne serait pas plus mal.