Voilà, les Experts sont devenus les Invincibles. Champions olympiques, du monde, d'Europe et re-du monde. Pour l'occasion, France2 a "bouleversé" sa grille pour diffuser la finale face au Danemark. Il a fallu attendre le dénouement pour voir quelques images en clair de la plus brillante équipe de France de tous les temps, tous sports confondus. Les pics ont fusé lors des interviews. Fernandez, Karabatic, Omeyer, tous ont placé un tacle en direction des chaînes françaises qui continuent d'ignorer un sport porté par des valeurs de respect et d'abnégation.

Karabatic qui vous rappelle pour une interview, une équipe qui se lance dans un improbable karaoké, ces mecs-là ne se la jouent pas grands seigneurs, mais plutôt grands Princes. Il y aura sûrement des primes, mais ces sportifs-là ont la descence d'en parler une fois le sacre acquis. De ne pas en faire une condition préalable à un tournoi majeur. Ces Bleus-là n'ont peur de personne et assument leur statut.

Les footballeurs se ridiculisent et s'enlisent dans leurs contradictions. Les basketteurs n'arrivent pas à mettre leurs égos surdimensionnés au diapason d'un sport collectif. Les rugbymen explosent ou implosent sans que l'on en comprenne la logique. Les handballeurs eux, sont là. En place, solidaires, volontaires, guerriers. Patriotes.

Il n'y a pas que France Télévisions sur le créneau des chaînes non payantes. TF1, M6, voire les chaînes de la TNT comme Direct8 auraient pu flairer le filon. On préfère diffuser un match de l'équipe de France de foot espoir ou un Pays de Galle / Angleterre dont tout le monde se fout en prime time ! Hors coupe du monde, ça ne viendrait à l'esprit de personne de diffuser un Brésil - Argentine de foot en clair et en prime, mais France2 nous gratifie d'un match des Six Nations sans les Bleus. Le pire, c'est qu'il y aura sans doute trois ou quatre millions de téléspectateurs pour me faire mentir.

Bref, il est triste de voir qu'on ne mise pas sur l'équipe de France de handball. Qu'on attend de voir s'ils sont en finale pour dire "on y est!" A aucun moment on a eu le sentiment que le pays était derrière eux. Et ce titre acquis à l'extérieur n'en a que plus de valeur. Le mot de la fin, pour bien cerner tout l'engouement de l'équipe de Stade2, c'est cette phrase de Lionel Chamoulaud : "Et toutes nos excuses à ceux qui attendaient Michel Drucker". Ah oui. Pardon d'être champions du monde.